Rythmes et allures

Le rythme raconte une histoire à plusieurs temps en jouant avec plusieurs notes variables : 1, 2, 3  qui vont créer des danses. Balkans, Espagne, Brésil, Afrique du Nord ont tous un jeu de notes mises sur un temps précis qui vont marquer un rythme

La musique c’est le rythme. Chaque pays, chaque époque développe son propre rythme. En Europe on connait les rythmes à 2 temps, les rythmes à 4 temps, ou encore à 3 temps pour la valse. Mais d’autres pays ont des rythmes à 5 temps comme les Balkans, d’autres encore ont des rythmes à 7, 9, 11, 13 temps.
L’on rencontre ainsi des rythmes court et long ou long et court comme le rythme à 5 temps qui peut se jouer 1 2 et 3 4 5 soit un court un long, ou inversement 1 2 3 et 4 5, un long et un court. Se sont des mesures et des rythmes asymétriques.
En Afrique on joue un rythme régulier 1 2 3 4  sur lequel on superpose un rythme plus rapide 1 (1234) 2 (1234) 3 (1234).
De la main gauche vous jouez 1 et 2 et 3 et 4 et de la main droite vous  vous jouez et et et et et entre 1 et 2 et 3 et 4 : 1et et et et 2 et et et et 3….En Afrique du Nord on a des rythmes à 4 temps avec 5 notes.
En Espagne, après une traversé de la mer de terre, deux notes se retrouvent sur le continent et se mettent à jouer du Tango sur 1 3 4, soit un contre temps.
Puis ces deux petites notes repartent naviguer, traversant l’Atlantique elles se retrouvent au Brésil ou au Mexique et là on ne garde que deux notes 1 2 pour créer des rythmes impressionnant de salsa, de bossa nova.A l’intérieur d’un rythme à 4 temps d’autres musiciens insèrent des rythmes à 3 temps à intervalles de quelques mesures.
3 temps, 3 temps, 4 temps, 4 temps, 3 temps, 3 temps.
Toute l’époque du romantisme s’inspire du rythme du cheval. Vous entendez l’imitation du cheval au galop, ou au trot, au pas. Au XXe siècle on s’inspire du « cheval vapeur », la locomotive, le train comme le feront Peterson, Brubeck ou Monk, ou encore Gershwin. Ravel s’inspire de l’imprimerie. Les musiciens imitent les sons trépidant de la ville, le Japon, les klaxons de New York, les machines, les outils. Monk recherche des acoustiques en cherchant la vibration du son avec des casseroles ou autres objets métalliques. Et ainsi naît la musicologie.
 Aujourd’hui la musique  électro s’inspire aussi des bruits, par exemple Molec et les sons et les notes et octaves qu’il transpose à partir du bruit des moteurs d’un bateau, de la mer qui cogne contre la coque métallique…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>